Un point d’histoire sur la lecture par Sismondi des temps médiévaux

Je ne reviens pas sur les points fondamentaux sur le contenu totalitaire de la pensée de Sismondi (cf. mon papier à la fin de From an Einstein Syndrome to the People) et sur les arguments supplémentaires soulevés ici.

Je pense que Jean Charles Léonard Simonde souffrait d’une obsession de petit bourgeois. Il voulait être noble et a relu son nom de famille en le réécrivant avec une particule (comme par exemple un certain Valéry Giscard Estaing). JCLS s’est raccroché à deux anciens rois. Sigismond des Burgondes, en premier lieu, et surtout l’empereur Sigismond du Luxembourg. JCLS reproduit dans ses écrits des idées politiques que l’on voit dans la bibliographie de l’empereur Sigismond du Luxembourg qui n’a vécu que 69 ans après avoir échoué dans la lutte contre les musulmans (ce qui me fait penser à l’Algérie en 1830) et été contesté jusque par ses vassaux – il faut dire que l’empereur Sigismond était un théocrate et qu’il n’a par ailleurs pas tenu ses promesses (il protège le fou de Dieu Jan Hus mais en même temps le laisse se faire brûler), il a fait la guerre par tous les monts… et s’est prétendu supérieur même à la grammaire lors d’un concile.

Je pense donc que lorsque Sismondi, JCLS, dénonce Charlemagne comme quasi esclavagiste (critiquant brutalement les missi dominici…) il n’est PAS fiable du tout et fait purement de la politique par rapport aux origines qu’il essaye de revendiquer.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s