Les deux accidents de la centrale de St Laurent des Eaux expliqués

L’accident de 1969 comme celui de 1980 s’expliquent par des neutrons relativistes (explications… ce sont les “ondes gravitationnelles”, enfin la matière qui est derrière ces variations de niveau de la gravité).

L’accident de 69 a contaminé, d’une façon ou d’une autre, Georges Pompidou, qui selon une source visitait le réacteur au moment de l’accident, totalement imprévisible, ou peut-être avait voulu assister au nettoyage pour garantir la minimisation des faits, le silence des participants, en imposant sa propre présente. Cet accident, le 17 novembre, est suivi par deux éruptions, Jan Mayen et Hekla, en 1970. Le délai de 5-6 mois est typique.

Pour l’accident de 1980 il s’agit bien aussi d’une petite onde de neutrons relativistes le 13 mars qui déclenche l’explosion, une éruption de l’Hekla suit avec un délai similaire ! Le 17 août 1980, une éruption plinienne se déclenche avec des panaches allant jusqu’à 15 km d’altitude. Un système de fissures axial nord-est / sud-ouest s’ouvre sur 8 km, qui est le siège pendant 4 jours d’explosions puis d’émission de coulées de lave.

Lire aussi : les réacteurs secrets au sodiumle réacteur de Le Penles avions à réaction nucléaires et sous-marins avec réacteur secret pour les accélérations subites – un exemple de réacteur de brise glace tenu secret, le Louis St Laurentl’accident en cours à Brunswick aux Etats-Unis – …

%d bloggers like this: